Ostermarsch 2021

Der nächste Ostermarsch wird wieder online stattfinden. Ab dem 20. März veröffentlichen wir spannende Redebeiträge auf unseren Social Medias, die sich mit einer feministischen Friedenspolitik auseinandersetzen.

YES, WE CARE!

Mit dem Ostermarsch 2021 fordern wir ein grösseres Care-Bewusstsein in allen Lebensbereichen. Wenn wir zueinander Sorge tragen, können wir Krisen überwinden und Frieden schaffen.

Auch in der Corona-Krise sind es hauptsächlich Frauen, die sichum die Pflegebedürftigen kümmern und den sozialen Zusammenhalt aufrechterhalten. Wie so oft in Krisen-, Konflikt- und Kriegszeiten tragen sie die Hauptlast. Die öffentliche Aufmerksamkeit erhalten jedoch diejenigen, die mit Waffen an der Front, entscheidungsmächtig in der Regierung oder konkurrenzfördernd in der Wirtschaft agieren. Die Corona-Pandemie bringt diese unterschiedliche Gewichtung der gesellschaftlichen Anerkennung einmal mehr deutlich zum Vorschein, aber auch die Chance, daraus zu lernen. Frauen sind die unsichtbaren grossen Friedensakteurinnen und tragen zentral zur Bewältigung von Krisen und Konflikten bei. Wenn alle Menschen achtsamer sind, dann wird die Welt ein grosses Stück friedlicher. Darum sagen wir: Yes we care!

Wir fordern deswegen:

  • Die Care- und Hausarbeit muss ökonomisch und sozial anerkannt werden; durch bessere Arbeitsbedingungen, faire Löhne und Partizipation.
  • Das gesamte Wirtschaftsleben muss an seinem positiven Nutzen für die Gemeinschaft, an seinem Care-Charakter, gemessen werden.
  • Der Nationale Aktionsplan «Frauen, Frieden und Sicherheit» (NAP 1325) soll auf politischer Ebene rasch umgesetzt werden, namentlich der Einbezug von Frauen in Friedensprozesse.
  • Die Schweiz soll bei ihren internationalen wirtschaftlichen, politischen und kulturellen Engagements den Schutz der Menschen- und Umweltrechte sowie die Förderung der Geschlechtergleichstellung priorisieren.

*„Mädchen und Frauen“ erleben Mehrfachdiskriminierung in Bezug auf Gender Identität, sexuelle Orientierung, Religion, Rassifizierung, Klasse und Herkunft.

La Marche de Pâques est annulée – nos revendications en faveur de la paix restent d’actualité

Nous regrettons que la traditionnelle Marche de Pâques ne puisse avoir lieu cette année. Dans le même temps, la crise que nous traversons représente sans aucun doute une opportunité de repenser nos modes de vie et notre société :

  • Pour un soutien accru dans le domaine des soins grâce au service civil : la situation que nous vivons démontre que le réel danger n’est pas une agression militaire, mais une crise sanitaire.
  • Pour plus de solidarité : cette crise démontre l’importance de la solidarité ici, comme au-delà des frontières. Soyons solidaires envers nos voisins et voisines, ainsi que les femmes et les hommes de Syrie, de Gaza et d’ailleurs.
  • Pour plus d’égalité : cette crise nous ouvre les yeux sur l’importance du travail du care. Elle nous donne l’opportunité d’en repenser la répartition et de revendiquer une société sans violence.
  • Pour une meilleure protection de notre environnement et de nos ressources naturelles : cette crise est l’occasion de se questionner sur notre manière de consommer et de s’engager pour un accès équitable et durable aux ressources pour tou-te-s – un prérequis pour la paix.

2020 s’écoulera sans Marche de Pâques.

Lors de la prochaine Marche de Pâques en 2021, le monde aura profondément changé.

Saisissons maintenant une opportunité inédite de le rendre plus pacifiste. Soyons et restons solidaires !

Marche de Pâques 2020

La prochaine marche de Pâques aura lieu le lundi 13 avril 2020. Derrière la devise « Service civil : un pas en avant, plutôt que deux en arrière ! » nous nous rassemblerons cette année en soutien d’un service civil de remplacement fort !

Dans les années nonante, la Suisse se dotait enfin d’un service civil comme alternative à l’engagement militaire. Auparavant des milliers de jeunes objecteurs de conscience avaient été jeté innocemment derrière les barreaux. La Suisse figurait alors parmi les derniers pays d’Europe à mettre un terme à ces absurdes pratiques punitives. Cet engagement civil a rencontré un succès toujours plus grand auprès des jeunes. Depuis lors, une tendance rétrograde entend limiter cet engouement en sanctionnant le service civil par des mesures toujours plus restrictives. Ainsi les avancées d’hier sont aujourd’hui en danger. Pourtant, aussi longtemps que l’obligation de servir existera, une réelle alternative civile est absolument nécessaire. Pour une société plus sûre, plus pacifique et plus équitable mobilisons-nous pour défendre :

• Le renforcement du service civil plutôt que son affaiblissement.
• Le droit à choisir un engagement pacifiste en lieu et place de la conscription.
• La valorisation des compétences constructives de la jeunesse plutôt que d’un potentiel de destruction.
• Le maintien de plus d’un million de jours d’engagement dans les domaines de la santé et du social
• Un engagement en faveur du climat plutôt que des actions militaires nuisibles à l’environnement.

On ne touche pas au service civil !

Une jeunesse nombreuse lors de la Marche de Pâques 2019

Plus de 1000 personnes ont répondu à l’appel et participé par un temps radieux à la traditionnelle Marche de Pâques de Berne dont le slogan était : « Exportons la paix plutôt que la guerre ! ». De nombreuses familles et un jeune public ont pris part au cortège ralliant le parc d’Eichholz à la Place de la Collégiale.

Avec le slogan « Exportons la paix plutôt que la guerre ! », la Marche de Pâques de cette année attire l’attention sur le fait que la Suisse est au pro rata de sa population, la quatrième puissance exportatrice d’armes dans le monde. Dans ce contexte, la Marche de Pâques exige de la Suisse de mettre un terme à sa double morale en matière de politique internationale et économique, et de stopper l’exportation d’armes, de munitions et tout autre matériel de guerre. En lieu et place de cela, la Suisse doit exporter davantage de biens propices au bien-être, ainsi que ses services en matière de promotion de la paix. Le thème de la Marche de Pâques faisait écho à l’initiative correctrice de la Coalition contre les exportations d’armes dans les pays en guerre civile, dont la phase de récolte de signatures touche à sa fin actuellement.

Sur la place de la collégiale, Magdalena Küng, secrétaire du GSsA, pointait du doigt dans son discours l’industrie de l’armement, ainsi que le Conseil fédéral qui voulait autoriser les exportations d’armes même dans les pays en guerre civile. « Le Conseil fédéral s’est finalement rétracté et a suspendu l’assouplissement prévu » a-t-elle lancé, avant de renchérir : « Cela montre qu’une résistance déterminée peut porter ses fruits, aujourd’hui comme dans le futur ». Le second discours a été tenu par Andrea Nagel et Johan Jaquet de l’organisation Peace Brigades International. Johan Jaquet a rapporté au sujet de son expérience dans les bidonvilles de Nairobi et de cet engagement avec PBI en faveur d’un monde plus pacifiste.

Parmi les organisateurs de cette édition de la Marche de Pâques figurent, à l’instar des années précédentes, le GSsA, les Eglises et de nombreuses organisations pacifistes. Plus de 1500 personnes ont répondu à l’appel et défilé paisiblement du parc de Eichholz à la Place de la Collégiale.

La Manifestation s’est achevée comme chaque année en musique. Pour cette édition, c’est le groupe de pop latino « Lacolla y Capitanes del espacio » qui a apporté une note festive à la manifestation. En outre, les participant-e-s se sont régalé-e-s des spécialités jurassiennes préparées par le Marché des Paysannes.

Marche de Pâques 2019

La prochaine marche de Pâques aura lieu le lundi 22 avril 2019. Par la devise « Exportons la paix plutôt la guerre ! », nous protesterons contre l’exportation de matériel de guerre.

La Suisse, au pro rata de ses habitants, est la quatrième puissance exportatrice d’armes sur la planète. Une fois vendues, ces armes échappent à notre contrôle et ce matériel de guerre – produit notamment par l’entreprise RUAG aux mains de la Confédération – peut alors être employé à des fins d’intimidation, de répression, de violences ouvertes ou encore de faits de guerre. Or, dans le même temps, la Suisse soigne au niveau international sa réputation humanitaire et sa neutralité. Vecteur de paix et de guerre à la fois, la Suisse adopte une position hypocrite.

Arrêtons dès maintenant :

  • la double morale de la Suisse en matière de politique étrangère et économique
  • l’exportation d’armes, de munitions et autre matériel de guerre

Exportons plutôt :

  • des biens propices au bien-être
  • notre expertise en matière de promotion de la paix, telles que la médiation diplomatique, la coopération au développement et l’aide humanitaire

Ne rendons pas le monde moins sûr ! La Suisse à mieux à exporter que des armes!

Exportons la paix !

Johan Jaquet lors de la marche de pâques 2019

En 2018, j’ai pu réaliser un projet personnel vieux de 15 ans, celui de m’engager pour la justice sociale au sein d’une ONG en Afrique Subsaharienne. Les principes et méthodes des Peace Brigades International, favorisant le renforcement des organisations locales plutôt qu’une aide humanitaire teintée de néo-colonialisme, me paraissaient pertinents et sains. Ainsi, j’ai œuvré en tant que volontaire pour PBI Kenya à Nairobi pendant 7 mois, vivant une expérience de terrain plutôt courte mais inoubliable et riche en évènements. Nous avons notamment co-organisé des ateliers de développement des capacités, animés par des expert-e-s kényan-ne-s et internationaux-ales, notamment sur la documentation des violations des droits humains. A la fois acteurs-trices et participant-e-s de ces ateliers, certain-e-s activistes qui m’ont beaucoup appris et impressionné par leur connaissance du terrain et leur capacité à nous transmettre leur compréhension de ces réalités locales.

Au Kenya et dans le monde entier, ces innombrables défenseurs et défenseuses des droits humains se mettent en première ligne en œuvrant pour la paix et les libertés démocratiques. Porte-paroles des groupes défavorisés, ils-elles dénoncent les violations des droits humains et exigent que la justice remplace l’impunité. Certains gouvernements et entreprises sont dérangés par le travail de ces avocat-e-s, syndicalistes, artistes et activistes qui s’engagent – souvent bénévolement – pour les droits des femmes, pour l’environnement, pour les droits des habitant-e-s des quartiers urbains pauvres ou les droits d’autres populations chassées de leurs terres. Ces militant-e-s paient leur courage en subissant des menaces, des arrestations et emprisonnements arbitraires, des violences et tortures, voire même parfois des assassinats.

En envoyant des équipes de volontaires internationaux-ales, l’ONG Peace Brigades International (PBI) accompagne ces défenseurs-ses et montre aux gouvernements que les violations des droits humains sont observées et rapportées à la communauté internationale. Cela contribue à dissuader les violences à l’encontre des défenseurs et défenseuses des droits humains. Tout en faisant preuve d’impartialité, de non-ingérence et d’indépendance, PBI permet aux militant-e-s ainsi protégé-e-s de continuer leur travail et crée un espace de paix pour la résolution non-violente des conflits.

Les 7 projets actuels de PBI sur le terrain se situent principalement en Amérique Latine (Guatemala, Honduras, Colombie et Mexique), mais aussi en Asie (Népal et Indonésie) et en Afrique (Kenya). Créée en 1981, l’organisation inclut également 13 entités en Europe et en Amérique du Nord, qui effectuent un travail de plaidoyer, de mise en réseau, de sensibilisation du public, ainsi que de recherches de fonds et… de volontaires. Jusqu’à ce jour, 117 Suisses-ses ont été recruté-e-s et formé-e-s par PBI Suisse avant de partir comme observateurs-trices des droits humains à l’étranger pour… exporter la paix !

« Plutôt », comme dans « Exportons la paix plutôt que la guerre ! »

Nous pourrions comprendre ce « plutôt » comme un « ou bien, ou bien » : « ou bien nous exportons la guerre, ou bien nous exportons la paix ». Mais ce n’est pas si simple. Un regard dans l’Histoire nous indique qu’il s’agissait plutôt d’un « plus ou moins » : « nous exportons plus ou moins la guerre et donc plus ou moins la paix ». La Suisse a été très tôt un pays exportateur d’armes. Le Moyen-Âge connut les fameux « mercenaires suisses », des soldats helvètes se mettant au service d’armées étrangères, des émigrés économiques qui tuaient sous les ordres des plus offrants. Le mercenariat prit fin au XIXe siècle, principalement parce que la pratique du pillage s’était vue restreinte, tarissant ainsi une source importante de revenu. Lentement, la Suisse transforma ses « mauvais services » en « bons offices » et cette voie demande à être poursuivie en remplaçant l’exportation des « marchandises néfastes » par des biens plus bénéfiques. Cette mutation est parfaitement possible, dans notre environnement économique d’anciens produits sont quotidiennement remplacés par de nouveaux. Cela fait longtemps déjà que la Suisse ne produit plus ni hallebardes, ni morgenstern et les armes sortant des usines helvétiques sont d’un tout autre type, bien plus meurtrier. Mais la production de ces hallebardes et de ces morgenstern aurait bien aussi pu être remplacée par des biens favorisant la paix plutôt que la guerre. C’est ce que l’on appelle la conversion de l’industrie militaire et cela fonctionne, pour autant que l’on s’en donne les moyens. Et c’est ce que signifie « Exportons la paix plutôt que la guerre ! » : progressivement remplaçons la production de ces marchandises néfastes par des biens qui favorisent la paix. Comme un véritable monde pacifié, ne peut être qu’un monde qui ne connaît pas la menace des armes, atteignons progressivement le but de moins d’armes, toujours moins d’armes !

Marche de Pâques 2018

La prochaine marche de Pâques prendra place le lundi, 2 avril 2018. Avec la devise «Commerce équitable pour la paix» nous protestons contre l’injustice dans le monde.

Notre prospérité repose sur le fait que d’autres personnes doivent travailler dans des conditions que nous n’accepterions jamais pour nous-mêmes. Les biens de consommation, réalisés de manière injuste, sont produits pour nous. L’environnement local et mondial est pollué et dévasté au profit d’une production bon marchée. Cette grande injustice rend impossible la coexistence pacifique dans un contexte mondial. Avec la Marche de Pâques, nous vous invitons tous à contribuer à plus de justice et de paix.

Plus précisément:

  • Nous nous efforçons, en tant que consommateurs, à acheter des biens produits dans le respect social et écologique.
  • En tant que chefs d’entreprise, nous refusons l’exploitation économique de l’homme et de la nature, chez nous comme à l’étranger, et nous rendons les conditions de production des biens transparentes.
  • En tant que politiciens, nous nous engageons à mettre en place des réglementations contraignantes dans les législations nationales et internationales.
  • En tant que citoyens, nous disons «OUI» à l’Initiative « pour des entreprises responsables ».
  • Nous sommes tous prêts à partager notre prospérité et à la répartir plus équitablement. Nous voulons promouvoir la paix dans le présent et pour l’avenir.